La voix de l'âme - Médiathèque Isidore Rollande

Menu principal

Fil de navigation

En 1962, Aretha Franklin est couronnée "Reine de la soul" par un animateur radio, elle gardera ce titre jusqu'à sa mort en 2018, et le restera certainement pour l'éternité.

Son influence va au-delà de la musique car elle personnalise à elle seule l'Histoire américaine. C'est pour cette raison qu'elle fait l'objet d'un biopic, qui sortira sur nos écrans en août 2021.

Pourtant l'image que la plupart d'entre nous ont de cette diva de la chanson, c'est celle d'une femme grondant son mari, voulant quitter son restaurant afin de reformer son ancien groupe de musique : The Blues Brothers avec Dan Aykroyd et John Belushi

 

Aretha Franklin naît en 1942 à Memphis, dans le Tennessee, dans un milieu bourgeois de la communauté noire. Avec la séparation de ses parents, elle déménage à Detroit avec son père. Et c'est avec lui qu'elle développe l'art du chant et du piano. Clarence Franklin est un pasteur reconnu, et connaît beaucoup de célébrités de son époque. 

Elle n'a pas 10 ans quand sa mère meurt, et ce sont des artistes comme Mahalia Jackson qui vont épauler la famille dans ces temps troubles. 

C'est ainsi que naquit la reine de l'âme : les chants gospels étaient son pain quotidien, entourée des grandes divas de l'époque. Chanter avec Mahalia Jackson, Dinah Washington et Billie Holiday ne sont que des exemples de l'apprentissage de la jeune Aretha. 

Le gospel est une des clés de son succès, elle restera toujours attachée à son répertoire. Sa voix nous guide, nous ordonne, et surtout nous éveille à une autre dimension. 

 

Cependant elle ne veut pas chanter que le sacré et veut se tourner aussi vers le profane. Avec John Hammond et Columbia, elle se lance dans le jazz avec succès mais sa vraie carrière décolle en chantant le rythm and blues, en signant chez Atlantic en 1967.   

C'est à partir de ce moment-là qu'elle rentre dans l'Histoire, car elle accompagne des personnes comme Martin Luther King, Jesse Jackson ou Malcom X lors de manifestations pour les droits civiques. Ses chansons vont devenir des slogans contre la ségrégation. 

 

Sa reprise de Respect  d'Otis Redding va devenir un hymne du mouvement, et aussi celui des féministes. Aretha Franklin n'est pas Angela Davis, elle ne milite pas activement. Elle accompagne simplement les amis de son père et les siens, joue et chante gratuitement à la demande de chacun, afin de lever des fonds pour la lutte.

Sur le féminisme, elle ne partage d'ailleurs pas les mêmes convictions que les militantes mais le charisme de sa voix, sa force, son élan fédèrent. Ses chansons deviennent le symbole de la parole des femmes afro-américaines.

Avec son album "I never loved a man (the way I love you)" en 1967 elle chante la lutte des minorités mais surtout la sienne et se libère enfin des contraintes qu'on lui impose. Un an après, avec "Lady of soul" elle s'assoit définitivement sur son trône de Reine de la soul, accompagné par Dieu (Eric Clapton) lui-même sur un titre. 

A partir de ce moment-là, la diva qui impressionnait tous les plus grands du gospel, du jazz, du rythm and blues se voit dépasser par son œuvre. Elle est LA voix de l'Amérique, elle est la voie d'une époque. Sa voix est magique, puissante, quand elle chante on ressent ses émotions, ses tripes. Elle parle souvent d'amour dans ses chansons mais l'auditeur, lui, ressent un message universel : l'Amour et le Respect.

C'est certainement cela qui la fera chanter si souvent l'hymne américain et pour les présidents américains Bill Clinton et Barack Obama. Elle réunie.

La suite de sa carrière sera celle d'une reine qui inspirera un nombre incalculable de chanteuses comme Whitney Houston, Mariah Carey ou Alicia Keys. Sa voix, ses combats, sa foi la mèneront à devenir une icône et un guide. En prônant en musique le respect, elle réussira à inspirer les chanteuses de toute la planète, de toutes les couleurs et de toutes les confessions religieuses. 

God bless you Aretha ! 

Respect !

 

Pour aller plus loin :

 

 N'hésitez pas à réserver les CD disponibles à la médiathèque :

 

OPAC Sélection de notices